Neviditelný pes  |  Zvířetník  |  Ekonomika  |  Věda  |  SciFi Středa 4.8.2004
Svátek má Dominik




  Výběr z vydání
 >TÉMA: Pachatelé domácího násilí
 >SVĚT: Jak se máme, Afghanistáne ?
 >TECHNO: Dvacet let jaderné elektrárny V-2
 >NÁZOR: Ať žije technoparty
 >MROŽOVINY: O jednom pacifistickém bludu
 >RODINA A PŘÁTELÉ: Strýc Podger a pořádek v papírech
 >PSÍ PŘÍHODY: Psí semetrika
 >SAMOVAZ: Jedny prázdniny mých padesátých let
 >EKONOMIKA: Experti očekávají posílení koruny k dolaru i k euru
 >POSTŘEH: O dovolené
 >GLOSA: Návrat Ronalda Regana
 >GLOSA: Dobrý den, deníčku!
 >PENÍZE.CZ: Jak ušetřit za cesty PID a ČD?
 >ARCHITEKTURA: Pavilon na Výstavišti rekonstruován
 >POLITIKA: Být z obliga

 >>> HLAVNÍ STRÁNKA  >>  Svět  
 
4.8. SVĚT: Jak se máme, Afghanistáne ?
Martin Ondreját

Přes dva a půl roku uběhlo od pádu režimu muly Omara a Afghánistán je stále velmi nebezečné místo k živobytí. Dosah vlády presidenta Karzáího již dlouhodobě pokrývá sotva 20 % území, z čehož o skutečné efektivně lze hovořit jen v kábulském regionu, a to i přesto, že se opírá o vojenské síly Spojených států amerických, NATO, a v brzké budoucnosti také Francie a Německa. Slibovaná ekonomická pomoc vlád západních zemí v nedohlednu (sliby chyby) a množství přítomných vojenských a bezpečnostních složek zoufale nepostačuje k zajišťování stále se zhoršující bezpečnosti. Navíc ke všemu ještě klepou na dveře pro budoucnost Afghanistánu zcela zásadní presidentské a legislativní volby, které již byly jednou, také kvůli násilnostem, odloženy.

Učedníci

Talibán byl už sice několikrát v minulosti na hlavu poražen a rozprášen, přesto proti němu bylo vedeno v posledních týdnech několik vojenských operací na jihu a jihovýchodě země. Navrch všeho, dříve poklidný hindúkúšský sever, zdá se podle posledních zpráv, rovněž propadá v násilnostmi zmítané území. Naposledy zde bylo zavražděno jedenáct čínských dělníků pracujících na stavbě silnic. Asi dvacet ozbrojenců přepadlo ubytovnu se stovkou zaměstnanců stavební společnosti. Dvanáct osob bylo zavražděno, z toho jedenáct ve spánku. Kundúzký guvernér přičetl útok na vrub Talibanum, al-Kajdě a Hekmatyarovým zbojníkům. V reakci na toto nařčení se dokonce našel v Afghanistánu mluvčí Talibánů, aby jej dementoval. Přesněji řečeno, vzkázal, že s tímto činem nemají nic společného, protože až oni něco zosnují, tak se, jak prý mají již ve zvyku, také k tomu hned veřejně přihlásí, jako například v případě atentátu na pět zaměstnanců organizace Lékaři bez hranic z loňského června v Badghisu (na severu Afghanistánu - několik neznámých ozbrojených útočníků je přepadlo během jízdy a posléze zavraždilo). Výsledkem byl odchod humanitárních organizací z této oblasti. Skutečně je patrné, že nejnověji se cílem útoků stávají pracovníci humanitárních organizací a OSN.

Jak se anglicky řekne "konec války" ?

Ohledně ukončování novodobých válek ze strany USA by se dalo hovořit o jakémsi "terminatio precox" přicházejícím v prostřed faktické války a s velkými ztrátami před sebou. Stejně jako v případě Iráku, oficiální konec války, který Pentagon vyhlásil již před více než rokem, nejenže neznamenal ani v nejmenším ukončení bojů, ba právě naopak - hnutí odporu muly Omara dokončilo reorganizaci a začalo lépe vzdorovat útokům jednotek Spojených států. Na druhé frontě pak začalo vraždit pracovníky dobročinných organizací, které se pochopitelně v reakci na to začaly stahovat. Přitom zmiňovaní Lékaři bez hranic, laureáti Nobelovy ceny za mír z roku 1999, doktoři, sestry a další zdravotnický personál působící ve třinácti afghánských provinciích v počtu téměř patnácti set členů zvyklých pracovat s nasazením v konfliktech a jiných nebezpečných situacích - kteří působili ve válkami zmítaném Afghanistánu více než dvacet čtyři let. Teprve ale letos, po sérii atentátů a výhrůžek a při stále se zhoršující bezpečnostní situaci, vyhodnotili stav jako natolik závažný a pro ně nebezpečný, že zemi opouští. Je to důkaz o nízkém vlivu a neschopnosti Karzáího vlády, která nebyla schopna po více než dva a půl roce po detalibanizaci zajistit bezpečnost v zemi.

Proč vraždí lékaře ?

Pierre Salignon (ředitel organizace Lékaři bez hranic) dosvědčuje, že v Afghanistánu jsou nyní v nevládních a humanitárních organizacích spatřováni slouhové okupačního režimu řízeného Američany, a lidé je obviňují ze špionáže a korupce. Na tomto stavu mají hlavní zásluhu vyděračské praktiky "koalice", kdy Američané na jihu Afghanistánu rozšiřují letáky požadující po lidech informace o Talibanech, al-Kájdě a Hekmatyarových milicích. V opačném případě hrozí zastavením přísunu nepostradatelné humanitární pomoci. Američané tedy používají humanitární pomoc jako bonbón pro ty "dobré" (kteří mají naopak ve společnosti posici udavačů a kolaborantů) a na ty "špatné", kteří ostrouhávají. Sanitární podmínky v poničené zemi jsou však příšerné a humanitární pomoc je nutností a nikoliv luxusem ! Tato varianta strategie "cukru a biče" vede ke k tomu, že humanitární organizace se jeví místním jako součást okupačních složek, a tedy je považují za legitimní cíl odporu a ti z radikálnějších je dokonce vraždí.

Zapeklitá situace

Po útocích z 11. září se z Afghanistánu stal světový symbol boje proti terorismu - země v područí nelegitimní náboženské sekty protežující bin Ládinovu al-Kájdu se octla pod palbou americké armády. Zbraně a válka ale nejsou řešením, a z loutkové vlády jsou vidět vodičské provazy vedoucí do Bílého domu, takže Karzáímu se stále ne a ne podařit nabýt dostatečnou autoritu nezbytnou pro konsolidaci výkonné moci, které jest prozatím současný aparát jen parodií. Afghanistán je tak ve stádiu feudální rozdrobenosti jak jej známe z Čech 12.-13. století, kdy místní panovníci spravují svá léna nezávisle na centrální "vládě", a to s tichou a hmotnou podporou Americké vlády za pomoc při bojích proti Talibanům. Pěkné dilema. Prospět stabilizaci Afghanistánu za cenu zrady spolubojovníků z války, anebo to hrát na obě strany a nechat Karzáího smažit ? U nás toto historické období ukončili Husiti - boží bojovníci, sektářští radikálové, strůjci organizovaného násilí a fyzické likvidace ideových odpůrců, pro které jediným zákonem byl zákon boží, a kteří nastolili teokracii pod vojensko-kazatelským vedením. Mluvil tady někdo o pojmových znacích Talibanu ... ?


S použitím zdrojů z Le Monde a Radio France Internationale.


Afghanistan

Le Nord contaminé par les violences

Plus de deux ans et demi apres la chute du régime du mollah Omar, l'Afghanistan est toujours en proie au démon de l'insécurité. Le pouvoir du président Hamid Karzai, pourtant soutenu par les forces américaines et les troupes de l'OTAN, ne contrôle guere plus de 20% du territoire afghan et cela a trois mois d'élections générales capitales pour l'avenir du pays prévues en septembre prochain. Plusieurs offensives ont été lancées ces dernieres semaines contre les positions des Taliban traditionnellement cantonnées au sud et au sud-est du pays. Mais la violence semble toutefois s'étendre aux régions du Nord de l'Hindou-Kouch qui avaient été jusque-la plutôt épargnées par les actions terroristes.

L'assassinat dans la nuit de mercredi a jeudi de onze ouvriers chinois dans la région de Kunduz, au Nord-Est du pays, est le dernier acte d'une série de violences venues rappeler ces dernieres semaines que, pres de trois ans apres avoir été libéré du joug des Taliban, l'Afghanistan n'est toujours pas pacifié. Cette attaque terroriste est la plus meurtriere qui ait été commise contre des expatriés depuis fin 2001. Les ouvriers chinois -certains étaient arrivés en Afghanistan la veille de leur assassinat- travaillaient sur un projet de reconstruction de route dans une région pourtant dirigée par l'un des plus fameux commandants de l'Alliance du Nord, Mohammad Daoud. Ses troupes avaient largement contribué a la chute du régime du mollah Omar et la zone placée sous son contrôle bénéficiait de fait, depuis la fin de la guerre, d'une relative sécurité. Cette situation n'a toutefois pas empeché l'attaque menée dans la nuit de mercredi par une vingtaine d'hommes armés contre un campement dans lequel vivaient une centaine d'employés travaillant pour une entreprise de construction chinoise. Onze d'entre eux sont morts, exécutés en plein sommeil, de meme qu'un garde afghan en charge de la protection du camp.

Les autorités afghanes ont immédiatement imputé cette attaque a des activistes de la mouvance des Taliban, accusés de vouloir déstabiliser le gouvernement du président Hamid Karzai a quelques mois des élections générales. «Il est certain qu'il s'agissait d'une action politique perpétrée par les ennemis de l'Afghanistan», a ainsi accusé le gouverneur de la province de Kunduz, Mohammad Omar, utilisant une terminologie volontairement vague mais désignant généralement des Taliban, des membres d'al-Qaida ou encore des miliciens aux ordres du chef de guerre Gulbuddin Hekmatyar. Un porte-parole taliban a toutefois catégoriquement démenti l'implication de son mouvement ou de ses alliés dans cette attaque. «Au moindre incident, le gouvernement nous accuse», a ainsi dénoncé Abdullatif Hakimi. «Si nous faisons quelque chose, nous en endossons clairement la responsabilité comme nous l'avons déja fait par le passé. Or dans ce cas précis, nous ne sommes pas responsables», a-t-il ajouté.
Les humanitaires et l'ONU, principales cibles

Ce responsable taliban avait ainsi récemment revendiqué aupres de la presse internationale l'attentat qui avait couté la vie, le 2 juin dernier, a des employés de l'organisation humanitaire Médecins sans frontieres. Les cinq hommes, trois expatriés et deux Afghans, avaient été tués par des hommes armés a Badghis, une autre province du nord du pays qui avait, elle aussi, jusque-la été épargnée par l'insécurité. L'attaque avaient eu pour conséquence un arret des opérations humanitaires dans la région. Et de nombreux observateurs avaient déja a l'époque ouvertement évoqué la crainte que l'insurrection islamiste, active dans le sud et le sud-est du pays, ne soit en train de gagner du terrain.

La fin officielle de la guerre en Afghanistan, décrétée par le Pentagone il y a déja plus d'un an, n'a en effet pas signé l'arret des combats. Bien au contraire, les forces du mollah Omar semblent s'etre réorganisées pour mieux répondre aux attaques dirigées contre leur mouvement par les troupes américaines. Elles ont également redéployé leur moyens contre les nouvelles cibles que sont désormais devenues les organisations non gouvernementales et les employés des Nations unies. «L'UNAMA, la Mission d'assistance des Nations unies en Afghanistan, travaille directement sous les ordres des Américains et poursuit les memes objectifs que les Etats-Unis», a ainsi récemment expliqué Abdullatif Hakimi, ajoutant que «d'autres organisation comme Médecins sans frontieres travaillaient également dans l'intéret des Américains». Et pour qu'aucune ambiguité ne soit permise, il avait précisé : «A ce titre, ils sont des cibles pour nous».
A trois mois des élections générales -le scrutin prévu en juin a déja été reporté a septembre- cette recrudescence des violences devrait contribuer a affaiblir un peu plus le gouvernement du président Hamid Karzai, dont l'autorité s'exerce rarement au-dela de la région de Kaboul. Elle met surtout en lumiere le point faible de la politique menée par l'administration Bush qui, en s'attaquant au régime de Saddam Hussein, a permis aux Taliban de demeurer un élément d'instabilité pour l'Afghanistan.

Mounia DAOUDI
Article publié le 11/06/2004
Derniere mise a jour le 11/06/2004 a 19:04 (heure de Paris)


Afghanistan

Médecins sans frontieres jette l'éponge

Médecins sans frontieres (MSF) a décidé de retirer ses équipes d'Afghanistan apres plus de vingt-quatre ans de présence dans ce pays ravagé par des décennies de guerre. L'organisation humanitaire, prix Nobel de la paix 1999, justifie son départ par l'insécurité grandissante qui regne sur le terrain et par les menaces dont sont la cible ses employés aussi bien expatriés qu'afghans. La décision de MSF constitue un coup dur pour le gouvernement de Kaboul dans la mesure ou elle pointe son incapacité a pacifier le pays pres de deux ans et demi apres la chute du régime des Taliban.

La décision de quitter un pays ou des équipes de médecins et d'infirmieres se sont relayées pendant pres d'un quart de siecle n'a pas été un choix facile pour l'organisation humanitaire. Mais il faut croire que l'insécurité qui prévaut aujourd'hui en Afghanistan a atteint un stade tel que Médecins sans frontieres, pourtant habituée a opérer dans des zones de conflits, souvent tres dangereuses, a estimé que ses équipes n'étaient plus en mesure d'accomplir leur mission humanitaire. MSF, qui a dénoncé dans un communiqué «les assassinats, les menaces et l'insécurité» qui se multiplient a travers le pays, explique que sa décision a été prise apres «l'attaque sans précédent» dont ont été victimes cinq de ses employés il y a huit semaines.

Le 2 juin dernier en effet, cinq membres de la section néerlandaise de l'organisation -trois expatriés de nationalité belge, hollandaise et norvégienne ainsi que deux employés afghans- ont été assassinés par des hommes en armes non-identifiés. Ils étaient tombés dans une embuscade sur une route de la province de Baghdis dans le nord-ouest du pays, un secteur plutôt sécurisé en comparaison du sud et l'est de l'Afghanistan ou les attaques des Taliban du mollah Omar sont tres fréquentes et n'ont jamais cessé. Depuis, l'organisation humanitaire, qui était présente dans treize provinces de l'Afghanistan avec quelque 70 volontaires internationaux et pres de 1 400 employés afghans, avait décidé de suspendre ses activités et de réduire au maximum ses équipes.

L'attaque contre Médecins sans frontieres, revendiquée a deux reprises par un porte-parole des Taliban, avait bouleversé la communauté des organisations humanitaires travaillant en Afghanistan. Les autorités s'étaient aussitôt engagées a faire la lumiere sur ce drame mais sans grand succes dans la mesure ou la plus grande partie du territoire afghan échappe au contrôle du gouvernement de Hamid Karzai qui, en deux ans de pouvoir, n'a réussi a asseoir son autorité que dans la seule région de Kaboul. MSF a d'ailleurs profondément regretté, dans son communiqué, «l'échec du gouvernement a mener une enquete crédible sur cette attaque».

Mélange de genres

Mais en choisissant de retirer ses équipes d'Afghanistan, l'organisation humanitaire n'entend pas uniquement dénoncer l'insécurité qui regne dans ce pays. Les menaces proférées contre son personnel par des responsables taliban -un porte parole de la milice fondamentaliste, Abdul Latif Hakimi, avait accusé, apres l'attaque du 2 juin, MSF «de travailler et d'espionner» pour le compte des Américains et avait ouvertement désigné son personnel comme «une cible»- ne sont certes pas étrangeres a sa décision de quitter le pays. Mais Médecins sans frontiere entend également protester contre ce qu'elle qualifie de «cooptation de l'assistance humanitaire par les forces de la coalition pour des motifs politiques et militaires».

L'organisation avait déja, a de nombreuses reprises, mis en garde contre ce qu'elle dénonce comme étant un mélange des genres. Son directeur général, Pierre Salignon, affirmait ainsi, dans une récente interview, que «la confusion entre militaire et humanitaires étaient totale en Afghanistan». Selon lui, les organisations non gouvernementales sont désormais «perçues comme servant les ambitions du régime d'occupation piloté par les Américains et leurs alliés». Plus grave a ses yeux, elles sont accusées de «faire de l'espionnage, d'etre corrompues et de ne pas faire leur travail».

Interrogé sur les causes de cette amalgame entre humanitaires et militaires, Pierre Salignon a dénoncé les méthodes employées par les forces de la coalition en Afghanistan comme par exemple le recours au chantage a l'aide. Selon lui, l'armée américaine a distribué des tracts dans le sud du pays demandant a la population de communiquer des informations relatives aux Taliban, a al-Qaida et au chef de guerre Gulbuddin Hekmatyar afin de pouvoir «continuer a recevoir de l'aide humanitaire». «Ce chantage établit une distinction inique entre supposées bonnes victimes -celles qui collaborent- et mauvaises victimes. Certains Afghans n'obtiennent plus aucune aide parce qu'il seraient du mauvais côté», s'est-il indigné.

Le départ de Médecins sans frontieres, l'une des plus anciennes et plus importantes ONG travaillant en Afghanistan, est donc a ce titre un désaveu cinglant pour la politique menée par les forces de la coalition -essentiellement américaines- sur le terrain. Il pourrait avoir de sérieuses conséquences sur le maintien des humanitaires dans ce pays.

Mounia Daoudi
Article publié le 28/07/2004
Derniere mise a jour le 28/07/2004 a 16:16 (heure de Paris)

L'éditorial du Monde
Le piege afghan
LE MONDE | 29.07.04 | 12h29
A 9 heures par e-mail, recevez les titres du journal a paraître l'apres-
midi. Abonnez-vous au Monde.fr, 5€ par mois

IL AURA fallu que Médecins sans frontieres annonce son départ d'Afghanistan, en réaction a l'assassinat de cinq de ses membres par les talibans, pour que les projecteurs se tournent a nouveau vers ce malheureux pays. L'organisation humanitaire, qui était présente sur place depuis vingt-quatre ans, a estimé que la sécurité de ses équipes ne pouvait plus etre assurée.

Les "French Doctors" ne se contentent pas de critiquer la parodie d'enquete du gouvernement du président Karzai, c'est la stratégie occidentale et américaine elle-meme qu'ils remettent en cause. L'aide économique promise se fait attendre, les effectifs des troupes étrangeres sont dramatiquement insuffisants pour empecher la sécurité de se détériorer et protéger la préparation des prochaines élections, présidentielle en octobre, législatives en avril 2005.

Plus grave encore, MSF s'en est prise a une stratégie américaine melant opérations militaires et aide humanitaire : "Effacer toute distinction entre les efforts militaires contre les insurgés et le travail humanitaire met tous les travailleurs humanitaires en danger", a ainsi affirmé la secrétaire générale de cette ONG. C'est d'autant plus dramatique que la population afghane, otage de décennies de guerre et de destructions et qui vit dans des conditions sanitaires parmi les pires au monde, a un besoin urgent de cette aide.

Apres avoir été, au lendemain des sanglants attentats du 11 septembre 2001, le symbole de la réponse internationale - et pas seulement américaine - au terrorisme d'Al-Qaida, l'Afghanistan ne risque-t-il pas de devenir celui de l'échec de la communauté des nations a rebâtir ce pays ravagé ? Obsédé par l'Irak, le président américain Bush n'a jamais déployé les moyens suffisants pour capturer Oussama Ben Laden et consolider le pouvoir de son allié Karzai. Il a longtemps préféré monnayer les services de seigneurs de la guerre qui se retournent aujourd'hui contre le pouvoir central.

Mais les Européens ne sont pas en reste, malgré un renforcement de leur présence militaire sur le terrain. La sécurité est de moins en moins assurée hors de Kaboul. Et, comme l'a déclaré le secrétaire général de l'OTAN, Jaap de Hoop Scheffer, lors du récent sommet d'Istanbul, c'est en Afghanistan, ou l'organisation compte 6 400 soldats, que "la crédibilité de l'OTAN est en jeu".

Celle de l'Union européenne l'est aussi. Le corps européen, avec a sa tete un général français, assurera, des septembre, le commandement de la force internationale (ISAF), dont les effectifs doivent passer de 6 500 a 10 000 hommes.

La sécurité de l'Afghanistan ne pourra etre assurée sans présence militaire suffisante, et surtout sans stratégie cohérente. Sans sécurité, pas de reconstruction politique ni économique. Sans sécurité, le champ est laissé libre aux talibans et a toute la mouvance extrémiste, et c'est tout un pan de la stratégie de lutte contre le terrorisme qui s'effondre. La crédibilité et la sécurité de notre monde se jouent aussi dans les montagnes afghanes.
o ARTICLE PARU DANS L'EDITION DU 30.07.04


http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3208,36-373976,0.html
http://rfi.fr/actufr/articles/054/article_28637.asp
http://rfi.fr/actufr/articles/055/article_29556.asp




Další články tohoto autora:
Martin Ondreját

Počet přístupů na stránku:

Komentáře ke článku